TwitterFacebookGoogle

Un Ubaye … comme cobaye

Pourquoi Cobaye ? … Car il s’agissait pour moi sur cette course de me tester en vue de l’UTMB… Apres ma longue blessure de début d’année et la longue remise en route, il s’agissait pour moi de rerouver enfin de bonnes allures, des sensations sur du long terme, chose que je n’avais pas encore réussi à faire, faute de foncier (à reconstruire) et de vitesse (qui revient tout juste)… Les dernières épreuves (tôt proportionnellement à ma reprise) m’avaient en effet servi jusqu’à maintenant à mesurer le travail qui me restait à faire pour retrouver le haut niveau … Bien heureusement, chaque sortie validait les progrès accomplis, mais me montraient aussi que le chemin allait être long. Je m’y était préparé, mais quand même ! …

 Emmanuel Gault

Au trail de l’Ubaye donc, je viens valider enfin un bon état de forme. Cela est juste avant l’UTMB, ce qui m’oblige aussi en même temps à prendre des risques mesurés… J’aurais préféré pouvoir courir cette épreuve à bloc et me lâcher mais toute dépense d’énergie forfuite ou exagérée pourrait se payer cher en vue de l’UTMB et au regard de ma prépa juste et « millimétrée ». Envie de me prouver que les sensations sont de retour donc mais hors de question de me « fracasser » dans les descentes ou d’aller puiser dans les réserves.

Le plateau annoncé est très relevé et je vois Stéphane Ricard, Alexandre Daum et Hervé Giraud-Sauveur comme des prétendants au podium incontestables et encore au dessus de moi sur le papier à cette date sur ce genre de trail très alpin (2600+ en moins de 36 kms car 6 kms de plat pour commencer), surtout avec des ambitions assez prudentes …

L’organisation du trail nous réserve, avec Sissi, un accueil plus que chaleureux et c’est avec un énorme plaisir que nous retrouvons aussi toute l’équipe d’organisation et ce magnifique parcours.

Bref que du bonheur d’être là pour en découdre et se faire plaisir !

Le départ est donné à 8h30 du centre de Barcelonnette et c’est Stéphane Begaud qui prend la tête de course et quelques mètres. Nous sommes 3 à rapidement nous détacher avec Alexandre et Stéphane (Ricard) à la poursuite de Stéphane (Bégaud). L’allure est vive mais confortable et c’est ainsi que nous arrivons au pied de la première difficulté à quelques secondes de Stéphane Begaud.

J’embraye le pas et fais le pied de la montée à un bon train jusqu’à reprendre Stephane. Dès lors, Hervé Giraud Sauveur qui revient très fort de l’arrière place une accélération que je décide de ne pas suivre. Comme prévu, je ne souhaite pas me mettre dans le rouge et garde le groupe à vue d’oeil… Je bascule ainsi en haut des 700m+ avec une grosse minute de retard et arriverais en bas de la première descente avec 2 minutes de retard. C’est aussi le moment du premier ravitaillement: je dois remplir mes bidons avec de la poudre énergétique Isostar que j’avais pris le soin de mettre dans une « topette » Camelback. Opération un peu longue mais qui me permet de repartir avec le plein d’énergie pour la longue ascension qui suit ( 10 kilometres environ et 1200m +) jusqu’au « Chapeau du gendarme », point culminant de la course.

Emmanuel Gault

Je repars avec 4 minutes de retard sur les hommes de tête qui vont surement s’expliquer dans cette ascension… Je suis alors 8 ème car deux coureurs me sont passés devant lors du ravitaillement. Je reviens rapidement sur eux et resterais au contact à un bon train jusq’au ravito suivant où je remplis de nouveau et perds du temps et le contact. Dans la fin de l’ascension, je reviens sur ces deux coureurs que j’ai en visu, mais que je ne reverrai plus dans la descente qui suit. Les écarts sont faits, je passe à 9 minutes de la tête en haut du chapeau des gendarmes et 6 minutes de la deuxième place. Je gère la descente (longue descente) en me faisant plaisir et avec un bon tempo mais en gérant l’allure et la casse musculaire afin de ne pas laisser trop de plumes. La prépa UTMB se poursuit pour moi dès le lendemain et je dois être assez frais musculairement pour encaisser le reste de training de la semaine qui arrive… Beaucoup de plaisir tout de même sur cette fin de parcours qui est magnifiquement tracée et qui me fait dire que décidemment, cette course est l’une des plus belles que nous ayons couru. En plus d’une équipe d’organisation exceptionnelle cela fait beaucoup de raisons pour revenir.

Je termine à la huitième place en 4 h 15, rassuré sur ma condition et les jambes de fin de course (et du lendemain). Mais je me dis que l’an prochain, j’espère revenir avec plus de certitudes sur ma condition pour pouvoir me livrer à fond sur ce parcours qui mérite vraiment d’être couru en « lâchant les chevaux »…

Place à quelques jours de bon travail derrière cela, direction l’UTMB maintenant! :-)

Une pette vidéo sympa de cet Ubaye Trail …

Manu

Share this:
Share this page via Email Share this page via Facebook Share this page via Twitter
Posté dans News |
CyberChimps